RésidencesMagazine : Ecrire à Brive (Corrèze)

La maison d’écrivain de Brive se situe près de la Poste Centrale, juste en lisière du centre historique. Brive  est une ville à taille humaine, avec tout ce qu’il faut de cafés, de commerces, une gare, un théâtre, un cinéma, etc, on peut tout y faire à pied mais la première chose qui me revient en mémoire en pensant à cette résidence où je me suis rendue deux fois, c’est le « marché de Brive la Gaillarde ». Sous la halle Georges Brassens, là où se tient en novembre la Foire du Livre, le reste de l’année c’est le lieu le plus pantagruélique qu’il soit.  Même avec une petite bourse, vous mangerez toujours très bien à Brive, et pour pas cher si vous allez à ce marché du dimanche. Il y a aussi une piscine municipale toute neuve. 


Le jardin a bien poussé depuis et la personne au milieu est partie.

La maison d’écrivain, où on est seul.e, est de plein pied. C’est une maison de ville avec un jardin très appréciable où on peut sortir une petite table. L’atout de cette maison est son calme, sa proximité avec le centre mais surtout son agencement. Une cuisine correctement équipée, un salon TV très confortable, une chambre avec un lit deux places, donnant sur le jardin et où on dort très bien. Mais la plus grande pièce, qui fait 40 m2 peut-être, c’est le bureau pour écrire. Il est doté d’un PC dont je ne me suis pas servi, d’une connexion Wifi sans problème, et le summum : une table en bois immense où on peut étaler tous ses papiers et son ordinateur. 


La madeleine de Brive est moins célèbre mais plus fondante que la madeleine de Proust. Saurez-vous la retrouver dans ce retour de marché ?

Pour moi la résidence de Brive est l’idéale : on est en ville, mais au calme ; on est seul, mais on peut se socialiser ; on peut faire du tourisme facilement si on veut, ou reprendre un bus ou un train pour rentrer chez soi de temps en temps. J’ai toujours eu l’impression d’être chez moi  dans cette petite maison, c’est le propre de la réussite pour une résidence. La Mairie de Brive, et son service Culture, était représentée jusqu’en 2020 par Myriam Entraygues, qui s’est toujours montrée agréablissime sur le suivi du séjour et d’une exceptionnelle gentillesse. Un per-diem est donné (en plus de la bourse du CNL). On vous demande en échange de tout cela d’élaborer le programme culturel de votre choix.

Avec De Pure Fiction, c’est ma meilleure expérience de résidence que j’ai jamais faite.

Sophie Divry – 2019