Sophie Divry – séjour en 2016

La Villa Brugère fait partie des résidences qui ont été lancées grâce à l’énergie, le dévouement et l’intelligence d’une personne, en l’occurrence Marie-Thérèse Champesme, qui a fondé depuis une association.  L’appartement d’écrivain est situé au second étage d’une maison de famille, une belle bâtisse à l’architecture harmonieuse qui donne sur la plage. 

Maison du milieu, les fenêtres aux volets ouverts.

J’ai passé un mois en avril 2016 dans cette résidence en bord de mer à quelques kilomètres de Bayeux. Mon trajet a été pris en charge et j’ai eu un per-diem. Je n’avais pas fait de demande de bourse, mais c’est évidemment une résidence éligible aux bourses CNL.

La première chose qui m’a frappée  en arrivant, c’est la mer. On a vue sur la mer de la petite cuisine, vue sur la mer du salon avec grande table pour écrire, vue sur la mer de la chambre. J’ai beaucoup marché dans ce paysage splendide, beaucoup observé les oiseaux, les touristes et vestiges immergés du Débarquement de juin 1944. De quoi faire le plein de grands espaces et de lumière. 

Le bureau – #jesuisMargueriteDuras

J’ai eu certains petits ajustements à faire dans cette maison un peu ancienne, trouver la bonne chaise, arriver à me rendre au marché acheter des fruits et légumes (Arromanches a plusieurs commerces de souvenirs du D-Day mais au niveau alimentaire qu’une seule épicerie). J’ai trouvé la cuisine un peu exigu et les meubles un peu vieillots pour mon ergonomie, mais chaque problème trouve une solution, on s’adapte et on se fait à la résidence, surtout quand on sent en face quelqu’un à l’écoute, soucieux du bien-être de la personne venue pour écrire. C’est ce soin et cette attention, ici très discret mais très sûr, qui fait toute la différence et permet de faire sien un espace qui n’est pas le nôtre. Il y a au salon avec une belle table pour écrire. Au rez-de-chaussée la Villa Brugère donne une soirée littéraire par mois dans un cadre assez idyllique.  

Un début de roman policier est possible…

Pendant les petites vacances scolaires, il se peut que les étages inférieurs dévolus à la famille soit fréquentés, mais j’étais en haut, dans cette « bulle » que nécessite et demande une résidence.  J’étais contente à l’idée de rentrer chez moi pour retrouver mon canapé, mon fauteuil, mon lit, car j’étais légèrement en inconfort. Mais avec le recul, ce séjour était vraiment très doux et très fructueux. 

Le site de la Villa Brugère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s