[Critique] Merdeille, de Frédéric Arnoux

Entre merde et merveille. Entre la merde de « là où on habite » et la merveille d’une langue pour le dire, un jeune narrateur tient la chronique d’une banlieue imaginaire. Il y raconte les gens ordinaires et des lieux merveilleux : Kiki, un grand qui cogne, à qui les Ricains proposent de faire du cinéma, Madame…

RésidencesMagazine : Villa Brugère, Arromanches-les-Bains (Calvados)

Sophie Divry - séjour en 2016 La Villa Brugère fait partie des résidences qui ont été lancées grâce à l’énergie, le dévouement et l’intelligence d’une personne, en l’occurrence Marie-Thérèse Champesme, qui a fondé depuis une association.  L’appartement d'écrivain est situé au second étage d'une maison de famille, une belle bâtisse à l’architecture harmonieuse qui donne sur la…

[Eloges] Six raisons diaboliques de lire KAROO, de Steve Tesich

Steve Tesich (1942-1996) 1. Parce que c’est un roman passionnant en terme narratif, on a hâte de retrouver le soir, on lit à se crever les yeux comme quand on était adolescent. 2. Parce qu’il est super beau matériellement. Publié chez Toussaint-Louverture en poche, pour pas cher en format poche mais de luxe (13,5, 600 pages…

Brève#3

La scène se passe à la table d’un restaurant parisien où une éditrice a invité son auteur.  L’ÉDITRICE : La moitié de mon métier consiste à leur sucer la bite, mais… (plus bas, sur le ton de la confidence) je hais les libraires. 

Brève#2

La scène se passe dans une rue de Saint-Germain des Près. Un éditeur marche à côté de son autrice, qu’il invite à déjeuner. Ils viennent de réviser les dernières épreuves du livre, la date de publication est fixée, ils sourient. Soudain, l’éditeur, marquant le pas : L’ÉDITEUR : Bon maintenant, dis-moi : qu’est-ce que je…

Brève#1

La scène se passe avant une matinée de "présentation de la rentrée littéraire", dans un petit salon, où les auteurs attendent. Entre un représentant commercial. Il s'avance droit vers un primo-romancier. LE REPRÉSENTANT COMMERCIAL : C'est vous, l'histoire des poubelles ? LE PRIMO-ROMANCIER (tentant de sourire) : Heu... oui. LE REPRÉSENTANT COMMERCIAL : Hé ben,…

[Critique] Fin de saison, de Thomas Vinau

La catastrophe est partout, ce n’est donc pas étonnant qu’elle se retrouve dans les fictions contemporaines. Le contraire serait inquiétant, si les romans étaient hermétiques à cette ambiance psychique collective de notre cataclysme. L’originalité avec Thomas Vinau, auteur de nombreux ouvrages de prose et de poésie comme de littérature jeunesse, c’est qu’il choisit ici le…